1. MONTAGE DU MANNEQUIN

- Après avoir assemblé les bastings (grande longueur) j’ai passé une journée à monté le mannequin de niveau. Pour avoir le niveau exact, j’ai utilisé une grande règle de chantier. Le mannequin ainsi construit est très rigide et m’a servis à beaucoup de choses : imprégnation des clins, fabrications diverses et surtout scarfs et collage des clins de CP.2006_04_29

   - Le scarf des clins et leur collage m’ont pris environ 1 semaine. Après avoir utilisé un rabot à main, je me suis décidé à utiliser un rabot électrique afin de dégrossir le boulot. J’ai fini les scarfs au rabot à main, puis à la ponceuse à bande Makita, enfin à la ponceuse orbitale Métabo. Les picots d’alignements pour parfaire le travail (prévu par François Vivier) sont fondamentaux et très pratiques. Il fallait y penser et ce fut pour moi beaucoup plus facile. Merci François.
2006_05_02 (5)2006_05_02 (2)2006_05_05 (7)   2006_05_05 (3) - Copie

 

 

 

 

 

 

- Ensuite, j’ai assemblé cloisons et gabarits sur le mannequin, en étant très attentif à leur alignement (niveaux et écartements respectifs). Après ce fut le tour du montage/collage du puits de dérive, de l’étrave et du tableau en n’oubliant pas la quille.
2006_06_25 (3) 2006_06_25 (13)
2006_07_01 (1) 2006_07_01 (6) 2006_07_01 (7) 2006_07_01 (13) 2006_07_08 (2) 2006_07_08 (4) 2006_07_08 (6) 2006_07_11

2. PREFABRICATION

- Imprégnation époxy : j’ai utilisé une résine epoxy EPOLAM 2014, appliquée sur toutes les pièces en CP, dessus dessous. Il faut veiller aux conditions thermo hygrométriques et à la proportion du mélange.2006_04_17 (1)2006_04_17 (4)

- Etrave lamellée-collée sur moule : j’ai utilisé le gabarit livré avec le kit de CP. J’ai découpé dans une planche d’agglo plusieurs épaisseurs afin de former le moule que j’ai vissé sur une autre planche. Ensuite, c’est chez  Bernard et Elodie que j’ai découpé les lattes dans du sipo de chez Armor Bois (St Brieuc). En tout, c’est 9 lattes que j’ai assemblées à la résine epoxy, en 3 fois 3 lattes : elles sont assez difficiles à ployer.
 2006_02_13 (4) 2006_02_19 (4) 2006_02_26 (2)

La fausse étrave est fabriquée sur le moule de l’étrave. Là aussi : 9 lattes de sipo assemblées à l’epoxy.

- Pour les gabarits de couple, j’ai utilisé ceux livrés dans le kit de CP.

- J’ai assemblé le tableau arrière sur l’établi : 2 plis de CP collés à l’epoxy.

- J’ai pré assemblé le puits de dérive et recouvert les surfaces en contact avec la dérive avec du roving (fibre de verre). Ensuite, j’ai imprégné en deux couches à la résine epoxy puis peint le tout avec de la peinture PU Bi composante Plasticoque.

3. POSE DE LA SOLE ET DES BORDES

- La sole a été scarfée à l’étape précédente. Il suffit de la poser sur le mannequin. Je l’ai assemblée vissée/collée. Clin d’oeil : j’ai rigolé pour le faire tout seul – j’ai bricolé un palan afin de déplacer ce morceau de 6m de long.
2006_07_12 (12) 2006_07_12 (2) 2006_07_12 (8) 2006_07_12 (11)

- Après avoir réalisé la râblure (chanfrein) des deux côtés de la sole, j’ai vissé/collé les galbords. J’ai utilisé plusieurs serre-joints afin de maintenir en place ces deux pièces pendant le collage (résine epoxy). La largeur du recouvrement sole/galbord est définie par l’architecte (2,5 fois l’épaisseur du bordé). Elle est tracée avec un trusquin. Les repères du kit CP sont encore très bien vues et le travail est facilité.
 2006_07_15 (1) 2006_07_17 (2)

- Ensuite, j’ai assemblé les bordés avec un recouvrement de 22mm en utilisant la même technique que pour l’assemblage sole/galbord. Attention, il ne faut chanfreiner que le bordé précédemment installé.
Il m’a fallu une semaine non stop pour assemblé l’ensemble des bordés.KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA 2006_07_20 (3)KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA 2006_07_21 (4) - Copie

4. FINITION EXTERIEURE DE LA COQUE AVANT RETOURNEMENT

- Il faut poser la fausse étrave : elle est vissée/collée sur l’étrave dont on a débarrassé les extrémités des bordés. Il ne faut pas oublier de prévoir un trou de hallage. Fixer l’étrave de part et d’autre de ce trou avec deux tiges filetée (sur Linotte du 6mm) écrou frein à l’intérieur.

- Ensuite et non moins laborieux, j’ai passé une journée complète à poncer la coque. Mon imprégnation était moyenne et le collage des bordés a “bavé”.

- Nous avons stratifié l’ensemble sole/galbord avec deux couches de fibres de verre (300g/m²).

- J’ai collé/vissé l’aileron (ou talon). J’ai réalisé un joint congé entre l’aileron et la sole puis une stratification supplémentaire. L’assemblage est fait grâce à deux tiges filetées et écrous frein.

- J’ai posé la bande molle. Il s’agit d’un plat d’inox de 5x20 mm, fixé avec des vis.

- Ensuite, ponçage au gr220 avec la ponceuse orbitale Métabo. J’ai préféré faire mon apprêt de peinture (SPRALAC garnissant de chez Gazechim Composites) à ce moment. J’ai peint le fond en blanc RAL 9010 PU Bi composant. Puis j’ai réalisé une couche de bleu (voir étape 9 peinture).
2006_09_24 (8)

- Dernière étape : le retournement. Ce fut l’occasion de faire un apéro géant en soirée avec les copains.
 2007_07_12 (2) 2007_07_12 (8) 2007_07_12 (9) 2007_07_12 (16)2007_07_12 (11)

5. MONTAGE INTERIEUR

- J’ai d’abord posé la serre bauquière : elle est en épicéa de grande qualité (Armor Bois) pour sa souplesse, sa résistance et son poids peu important.
2007_07_13 (7) 2007_07_16 (8) 2007_07_16 - Copie 2007_07_16 (1)

- Ensuite j’ai pratiqué des joints congés entre mes cloisons et les bordés : mastic Axson + stratification fibre de verre.
2007_07_13 (4)_cr 2007_07_16 (1)_cr 2007_07_16 (8)

- Les varangues ont été posées à la colle epoxy, les supports de planchers vissés.
 2007_07_16 (7) 

- Est venu le temps d’assurer la flottabilité de Linotte : elle est assurée par des caissons à l’avant et sur les côtés à l’arrière.
2007_07_16 2007_07_17 (1)

- C’est ensuite que j’ai réalisé le coffre arrière : 1ère erreur de lecture de plans. J’ai assemblé à l’envers les pièces constituant la gouttière.
2007_07_18 (4) 2007_07_18 (1)

- Après est venu la pose du bridge deck, collé/vissé. J’ai posé ensuite le chapeau de puits de dérive.
2007_07_23

- 2ème erreur de lecture de plan, au niveau de la baile à mouillage. Je l’ai réalisée avec un faux équerrage. Mais en navigation, l’eau s’écoule normalement par les dalots.
2007_07_18 (6) 2007_07_18 (5)

 

6. PONT

- J’ai posé barrots, barrotins et élongis collés/vissés. Ils sont dans le même épicéa que la serre bauquière.
2007_07_23 (3) 2007_07_25 (2) 2007_07_19 (1) 2007_07_19 (3) 2007_07_20 (15) 2007_07_21 (8) - Copie

- Vient le temps de remplir les caissons de flottabilité avec du Styrodur de grande résistance mais un peu lourd.
2007_07_26 (6) - Copie 2007_07_26 (9) 2007_07_25 (13) 

- Ensuite j’ai assemblé les plaques de cp découpé numériques pour constituer le bordé de pont. Finalement ce n’est que deux pièces que l’on pose en scarf sur les barrots. J’ai fixé avec de la colle, des visses et des pointes inox ces plaques.
2007_07_20 (7) - Copie 2007_07_21 (1) 2007_07_25(17) 2007_07_26 (2) 2007_07_26 (11) - Copie 2007_07_26 (15)

- Pour renforcer le pont aux fixation d’accastillage, j’ai doublé le pont avec des planches de CP collées.

- Le rouf est moulé sur une structure de ma fabrication selon le gabarit du kit de CP.
 2007_07_20 (8) 2007_07_21 (2) 2007_07_21 (4) 2007_07_25 (5) 2007_07_25 (6) 2007_07_25 (8) 2007_07_26 (1) 2007_07_28 (1)

- Vient la pose de ce rouf.
2007_07_29 (4)2007_07_29 - Copie

- Grande satisfaction : le pont latté. J’ai commandé les lattes de pin d’Orégon à Pierre Yves de la Rivière afin de réalisé ce pont. Petite astuce, j’ai utilisé des coins de 5mm pour carreleur afin réaliser l’espacement entre chaque latte. J’ai collé les lattes avec du Sikaflex 298 après avoir préparé les support avec le primaire Sikaflex 290 DC (spatule crantée de carreleur). Une fois polymérisé (24h) les excès de colles doivent être enlevés à la spatule ou au tournevis. Il ne doit plus en rester. Ensuite, à nouveau, j’ai préparé le fond de rainure avec le primaire 290 dc et j’ai comblé la rainure avec du Sikaflex 290 DC. Petite astuce de François Vivier, protéger les lattes avec de la bande cache  cela facilité le travail de ponçage. Pour étaler le Sikaflex 290 DC, rien de plus simple : la spatule. Ensuite c’est le ponçage (Merci Philippe ;-)).
 2008_06_16 (2) 2008_06_16 (10) 2008_06_28 (2) 2008_06_29 (6) 2008_07_08 (6) 2008_07_08 (8) - Copie 2008_07_09 - Copie 2008_07_10 (2) 2008_07_24 (1) 2008_07_24 (10) 2008_07_24 (20)2008_07_24 (13)

- L’étape suivante a été la pose de la finition : listons, cale pied, bancs, planchers.
 2008_07_24 (15) 2008_07_29 (10) 2008_07_29 (14) 2008_07_31 (11) 2008_07_31 (12) 2008_07_31 (16) 2008_08_06 2008_08_07 (6)


7. DERIVE

Différentes étapes :

1. Achat de la dérive auprès du Chantier Grand Largue de Calorguen (22).
2. Transport de la pièce de 180kg d'Angoulême (Fonderie Technival) jusqu'à Peillac).
3. Application d'un apprêt epoxy en une passe.
4. Après 1h d'attente, application de la Laque marine PU Bi composants (OléronLac de chez Christian - CRISBOAT) : 4 couches au pistolet.
5. Installation de la dérive dans le puits, grâce à Manu Bloyet et à son Manitou.

067_4_couches_PU_Bicomposants

8. GOUVERNAIL

Grâce au kit fourni par Grand Largue, point de problème : il suffit de coller les pièces en respectant les repères. J’ai pris le gabarit dechaque pièce si jamais je devais refaire cette pièce. Pour le plomb, j’ai sacrifié 2 plombs de plongée.
2008_07_242008_07_24 (2) 2008_07_24 (3) 2008_07_24 (26)